ACTUALITE CERTIFICAT PEB


LOGEMENTS ENERGIVORES : CES COMMUNES WALLONNES QUI SORTENT DU LOT

Les chiffres ont été communiqués la semaine passée: les logements wallons sont très énergivores. C’est la ministre Valérie De Bue qui l’affirme. En charge du logement, elle se base sur les 497 236 certificats PEB rentrés depuis 2010. Le PEB mesure la performance énergétique des bâtiments. Selon les chiffres de la ministre «deux tiers des logements wallons ont un label E, F ou G», soit les labels attribués aux bâtiments les plus énergivores.

À peine 10% des certificats récoltés entre 2010 et 2018 obtiennent un label A ou B.

Pour la ministre De Bue «ces premières données nous permettent d’établir des ordres de grandeur tout à fait crédibles pour la Wallonie.» Et justement, seules une vingtaine de communes comptent un pourcentage signifiant de logements aux performances énergétiques situés entre B et D. Ces communes se situent dans le Brabant wallon ainsi que dans le sud de la province de Luxembourg. Le constat est clair: «le parc de logements est encore largement en deçà de l’objectif européen qui est de tendre vers le label A en moyenne d’ici 2050.» À noter que les labels C et D ont le plus progressé entre 2016 et 2018.


UN LOGEMENT SUR 3 EN WALLONIE OBTIENT LE PLUS MAUVAIS LABEL ENERGETIQUE
.
Cela fait maintenant sept ans que les certificats PEB sont obligatoires quand on vend ou loue un bien. Un rapport vient d’être réalisé par le Centre d’Etudes en Habitat Durable basé à Charleroi. LE CEHD a analysé 390.325 logements certifiés. Il révèle notamment qu’une habitation sur trois obtient la note la plus mauvaise soit un G.

Ce constat n’étonne pas Sarah Collet, agent immobilier à Charleroi :  » Le problème le plus important ce sont les châssis. Il arrive encore régulièrement que des biens immobiliers situés notamment dans le centre-ville aient de vieux châssis en bois avec des simples vitrages. »

Le CEHD a également constaté que 15% des maisons et appartements certifiés en Wallonie entre 2010 et 2016 obtenaient un PEB F. On retrouve la même proportion pour les PEB E, D et C. Enfin 9% des habitations sondées ont un label B et 1%, le label A.

Un label A… grâce à l’isolation

En décortiquant ces chiffres en fonction de la période de construction, le CEHD a aussi remarqué que quelques biens datant d’avant 1971(0,1%) bénéficiaient d’un label A grâce à de gros travaux d’isolation.

« Ce qui est également interpellant c’est que certaines maisons récentes reçoivent par contre la plus mauvaise note, soit le label G, explique Stéphanie Cassilde, la chercheuse qui a réalisée l’étude. Il arrive que l’isolation, même récente, soit mal faite ou que les travaux soient inachevés. « 

Dans 4% des cas, les appartements ou maisons construits après 1984 ont un PEB G. Notons enfin que pour ces biens plus récents la proportion de PEB A augmente aussi sensiblement pour atteindre les 4,6%.


EARTH HOUR
PARTICIPEZ A « EARTH HOUR » —28 MARS 2018

Initiée en 2007, l’Earth Hour est un appel à l’initiative du World Wildlife Fund (WWF, Fonds mondial pour la Nature) pour une mobilisation planétaire. Il s’agit de plonger la terre dans le noir durant 1h, 20h30 à 21h30, pour participer symboliquement à la lutte pour la défense de l’environnement et contre le réchauffement climatique. Plusieurs milliers de villes à travers le monde participent à l’Earth Hour, éteignant ainsi leurs bâtiments et monuments : le Harbour Bridge de Sydney, les pyramides d’Égypte, la Tour Eiffel, Times Square…
En 2011, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’était réjoui de ce que l’Earth Hour « [utilise] ces 60 minutes d’obscurité pour aider le monde à voir la lumière ».
Pour la 10e édition en 2016, 172 pays ont participé à l’Earth Hour.

Actualités Earth Hour 2018